Profil


La toute première priorité de Marc est de s’assurer que les Canadiens aient le meilleur poulet au monde.
Marc Cormier: Être toujours à son meilleur
Quand il a commencé l’élevage du poulet à Saint-Paul-de-Kent au début des années 1960, Yvon Cormier ne se doutait aucunement qu’il venait de jeter les bases d’une entreprise familiale florissante.
« À cette époque, il n’existait aucun système pour assurer aux éleveurs un revenu satisfaisant » selon son petit-fils Marc Cormier. « Les premières années ont été difficiles pour lui et c’est pour cette raison qu’il faisait également l’élevage du boeuf et de vaches laitères. Mon père, Edgar, a commencé à travailler avec lui en 1966. L’année suivante, ils ont bâti une nouvelle grange et puis encore une autre quelques années plus tard. »

Mais vers la fin des années 1970 avec la mise sur pied du système de gestion des approvisionnements, les choses ont changé, non seulement pour le grand-père et le père de Marc, mais pour tous les éleveurs de poulet du Canada.

Marc Cormier, président des Éleveurs de poulet du Nouveau-Brunswick, un regroupement provincial qui veille à ce que les éleveurs produisent un poulet frais en quantité suffisante et de qualité supérieure, est heureux que les choses aient changé. « Depuis trois générations, notre entreprise a été le gagne-pain de notre famille et a créé de nombreux emplois pour les gens de la place. »

Pour Marc Cormier, l’élevage du poulet, c’est plus qu’une entreprise, c’est une passion.

Il aime se tenir au courant des innovations dans le domaine avicole pour que son produit soit conforme et même dépasse les normes de plus haute qualité possible. Heureusement pour lui, avant de se lancer dans l’élevage dans les années 1990, Marc a étudié en génie et technologie informatiques.

« Ces connaissance techniques m’aident grandement à faire en sorte que tout marche rondement. Mes poulets sont mes petits trésors. Je veux leur donner le meilleur environnement possible. »

Pour Marc, le plus grand défi c’est d’accroître sa productivité tout en maintenant la qualité. Lorsque son frère Serge est devenu partenaire dans l’entreprise, ils ont décidé de fabriquer leur propre moulée.

« La moulée représente soixante pour cent du coût de production. En la fabriquant nous-mêmes, on assure la meilleure alimentation possible pour nos poulets ce qui nous laisse plus d’argent pour investir dans l’amélioration des autres secteurs de la production. »

La toute première priorité de Marc est de s’assurer que les Canadiens aient le meilleur poulet au monde. « On s’améliore constamment. Être toujours à son meilleur, c’est ça être un éleveur de poulet canadien.»

Son grand-père serait certainement d’accord avec ça.